Articles anciens:

Catégories

Un dimanche en rouge et vert

Deux abrivado au départ des Demoiselles, la statue du Sanglier dans les rues du Cailar, les Cabidoules qui accueillent en leur sein deux nouvelles arlésiennes, le tableau d’honneur de la Fête, la dernière d’Olivier Ruiz à la Glacière, la complète de la manade Nicollin …
Le Cailar n’a pas failli à sa réputation de « Mecque de la Bouvine », et a offert une dernière journée de Voto riche en émotions.

Comme toujours, les prés des Demoiselles étaient pleins pour accueillir les aficiouna du Cailar, mais aussi de Vauvert, qui voyait sa Fête Votive débuter par la traditionnelle abrivado.
Abrivado suivie plus tard par celle du Cailar, et de ses incontournables attelages, escortés par une solide cohorte de cyclistes et d’attrapaïres. Lesquels ont eu la surprise d’être accueillis à la Glacière par un hôte de marque : Le Sanglier.
En effet, le club taurin de Frontignan, qui a pris le nom du fameux cocardier de Fernand Granon, a décidé de célébrer le centenaire de la naissance du taureau cailaren en réalisant une statue qui a été gracieusement amenée à sa dernière demeure : la « maison aux volets verts ».

Avant de remonter la rue Emile Jamais, et l’avenue du Marquis de Baroncelli, pour une arrivée triomphale aux arènes, escortée par la population du Cailar qui a acclamée « son » Bióu. La statue était également présente pour la capelado, ainsi que pour le palmarès de la Fête.
La complète de la devise rouge et verte a offert une course homogène, durant laquelle les pensionnaires du Mas d’Anglas ont montré que l’histoire, débutée par Charles Combet au 19ème siècle, est loin d’être fini.
Le mot de la fin revient à Monsieur le Maire du Cailar, Joël Tena, qui, dans son discours de clôture, a souligné le comportement exemplaire de tous, et a terminé par le traditionnel : « A l’an que ven ! ».