Articles anciens:

Catégories

Léon PASQUIER

Léon Edward PASQUIER est né au Cailar le 18 novembre 1889, issu d’une famille protestante d’agriculteurs et de viticulteurs.

  Il accomplit sa scolarité primaire au CAILAR, suit le cours complémentaire, est élève au Collège secondaire de LUNEL, est admis à l’Ecole Normale d’Instituteurs de NIMES.

   Il épouse en 1912 la fille de Gustave PAPINAUD, un ancien manadier venu au CAILAR en 1850. Cette manade est depuis 1903 en la possession de la famille RAYNAUD, qui maintient la tradition.

La guerre,  Croix de Guerre et trois citations, puis attribution de la Croix de Chevalier de la Légion d’Honneur.

Après l’Armistice de 1918, Léon Pasquier est nommé instituteur au Cailar. Il retrouve ainsi l’école de son pays, celle qu’il a connue enfant jusqu’au certificat d’études.  Il y fera toute sa carrière, d’abord comme adjoint selon la terminologie administrative de l’époque, puis pendant plus de vingt- cinq ans en qualité de directeur.

Max SOULIER un de ses anciens élèves du CAILAR rappelait au moment de sa mort survenue en 1973, un poème que Léon PASQUIER avait intitulé « Vieux Clochers, Vieux Souvenirs ». C’est une « sorte d’hymne à l’unité cailarenne, Léon PASQUIER y rendant hommage à chacun des trois états d’esprit symbolisés par les trois clochers : « Le Protestantisme, le Rationalisme, le Catholicisme ». Il s’agit en effet du clocher de la vieille église romane, celui du temple construit sous la Restauration et la Monarchie de Juillet et la Tour de l’Horloge communale.
« Les trois clochers de mon village semblent s’entendre on ne peut mieux. »

 

Extraits de la préface du livre « LE CAILAR, le Vistre et le Rhôny à travers l’Histoire« , sous la plume de Mr Pierre BERGE-LEFRANC, maire honoraire du Cailar.

=================================================

Un instituteur, Léon PASQUIER (1889-1973), a travaillé sur les archives municipales afin de retracer l’histoire de son village natal: Le Cailar.
Ses recherches ont été publiées à l’initiative du conseil municipal en 1981 (réédition en 1993 par Lacour).
Il décrit principalement l’histoire des biens communaux et les coutumes pastorales du Cailar, avant de consacrer quelques pages aux deux rivières du Vistre et du Rhôny, ainsi qu’au folklore local.

Léon PASQUIER, « Le Cailar, le Vistre et le Rhôny à travers l’histoire », Lacour, Nîmes, 1993, 413 p.